Autour du PC

Chevaux de Troie

Electronique

Trucs et astuces

Sécurité

 

CSS Valide !

Site optimisé en 1024x768



 

Pièces du puzzle

 

 puzzle.jpg (38089 octets)

Nous allons aborder dans cette page l'aspect matériel de la machine, en prenant surtout comme but de savoir reconnaître les composants, leur rôle et surtout comment les monter. Il suffit juste (en général) d'un tournevis cruciforme, de la délicatesse et un peu de méthode. C'est à la portée de tout le monde, mais comme en général, on achéte un PC en piéces détachées , il n'est pas livré avec celui-ci la méthode complète de montage dans son intégralité.

La carte-mère
C'est en fait, la carte principale du PC, elle comporte différents composants (voir image ci-dessous), notamment le processeur. C'est elle qui assure l'échange entre les différents composants du PC, certains sont "embarqués", c'est à dire situés directement dessus, et d'autres viennent s'y connecter par le biais de "SLOTS", qui sont, pour simplifier de gros connecteurs.
Passons en revue les principaux composants embarqués sur la carte mère :

Ceci est une carte mére Epox MVP3G2, c'est une référence déjà ancienne mais bon, les composants sur les cartes actuelles ont toujours plus ou moins la même forme. Il est à noter ensuite que j'ai mis ici en évidence les éléments qui me semblent le plus important dans le fonctionnement du PC. Explications :

1) Support du processeur :c'est un support de type ZIF "Zero Insertion Force", il sert à connecter le processeur à la carte mère, il existe plusieurs types de supports en fonction du processeur à utiliser, c'est un point important à vérifier lors d'un achat. Toute carte mère est prévue pour tel ou tel type de processeur. Celui de la photo est de type Socket 7 pouvant accueillir entre autres un processeur K6-2 de chez AMD.

via.gif (3312 octets) 2 ) Puce Pont Nord (North Bridge) : ce contrôleur fait partie d'un ensemble que l'on appelle le Chipset, il assure et gère l'échange de données entre processeur, RAM et AGP (Accelerated Graphics Port). Il est donc souvent placé de par son rôle à proximité de ces trois composants. Sur les cartes mères récentes, il est souvent équipé d'un refroidisseur thermique car il y circule un grand nombre de données. Sur la photo, cette puce est un VT82C598MVP de marque Via.
3) Puce Pont Sud (South Bridge) : Toujours faisant partie du Chipset , cette puce gère l'échange de données entre différents organes tels que le disque dur, les supports PCI, le controleur clavier, l'USB,...). Il est relié au Pont Nord par un bus très puissant appellé Canal de Lien (link channel). Ici c'est un VT82C596B de marque Via .

4) Le Bios : c'est une puce contenant des programmes (logiciels système) permettant le démarrage du PC, elle est essentielle, car ces programmes sont utilisés par le processeur pour mettre en place la séquence de Booting . Il y a quelques années la mémoire de ces puces était de type ROM (Read Only Memory) écrite une fois pour toute, aujourdhui elles sont de type Flash-Rom permettant une actuallisation de son contenu.Il existe plusieurs marque de Bios, les plus courants sont : Award, Ami, Phoenix,...

5) Support de mémoire : La RAM ou mémoire vive (Random Access Memory), est un composant essentiel au fonctionnement du PC. En effet c'est par elle que va transiter les données utilisées par le processeur. La RAM est montée sur des barrettes que l'on insère dans les supports. Il existe avec l'évolution plusieurs types de RAM, elle était, à l'époque des processeur 286, le plus souvent, montée et soudée directement sur la carte mère, il a été ensuite, utilisé des supports permettant l'upgrade ou le changement de la barrette à la suite d'une panne de la barrette. Il est conseillé de vérifier avant tout achat la nature des supports de la carte mère, sur la photo ci dessus, on distingue 3 connecteurs pouvant donc accueillir 3 barrettes de memoire de type SDRAM.

6) Pile CMOS :Lors du démarrage du PC, le BIOS a besoin de connaître différents paramètres relatifs au type de matériel installé dans la machine, ainsi que certaines informations de configuration. Ces données sont regroupées dans une puce de type RAM. Le programme Setup permet d'examiner le contenu du CMOS. C'est lors du changement d'un disque dur ou de la séquence d'amorçage que l'utilisateur devra par le biais du Setup modifier ces paramètres en fonction de ses besoins. Il est intéressant de savoir qu'il existe à proximité du CMOS un cavalier permettant la RAZ de celui-ci. Le CMOS consomme très peu d'énergie, son alimentation est donc maintenue par une pile. Sur des PC anciens, cette pile était en fait, un petit accumulateur rechargé lorsque le PC était utilisé, aujourd'hui c'est une pile de type Lithium. En général il est peu probable d'avoir à changer cette pile car leur durée de vie est très longue. Lors d'une perte systématique, au démarrrage, des informations du CMOS, il est impératif d'effectuer son changement.

7) agp.gif (2568 octets)Support AGP (Accelerated Graphics Port) :C'est sur ce support que l'on va connecter la carte graphique dont le rôle premier est de traiter l'affichage vidéo et de le véhiculer à l'ecran. Les ordinateurs récents utilisent ce type de connecteur, il y quelques années on utilisait des connecteurs type PCI (Peripheral Component Interconnect) pour les cartes graphiques .

8) Supports PCI :Ces supports sont utilisés pour accueillir des cartes péripheriques (E/S), comme : cartes sons, modems, cartes graphiques, cartes d'acquisition vidéo, cartes SCSI, etc... Nous ne parlerons pas ici des deux connecteurs noirs sur leur gauche, pour l'information, ce sont des supports ISA (Industry Standart Architecture) qui ont aujourd'hui complètement disparu sur les PC actuels à cause de la lenteur de ce bus.

9) Connecteur alimentation :Ce connecteur sert à alimenter électriquement la carte mère, on y connecte l'alimentation située dans le boîtier. Ce connecteur est prévu pour une alimentation ATX et non conforme pour une alimentation AT devenue de nos jours obsolète. Il est à noter que ce connecteur est pourvu de détrompeur évitant lors du branchement l'inversion des tensions électriques, ce qui pourrait être fatal pour l'électronique de la carte mère.

10) Connecteurs IDE (Integeated Drive Electronics) ou EIDE (version Enhanced de l'IDE) : il semblerait que ces deux abréviations soient des termes appartenant à la société Western Digital, il convient donc d'employer plutôt le terme ATA ( AT Attachment ). C'est sur ces connecteurs que l'on va brancher à l'aide  d'un câble en nappe les disques durs, lecteurs CD ROM, Graveurs, etc...Ils sont au nombre de deux et peuvent accueillir chacun 2 unités (donc quatre au total). Ces connecteurs sont eux aussi pourvus d'un détrompeur.
Certaines cartes mère de modèle ancien sont dépourvues de contrôleur disque intégré, il fallait donc disposer d'une carte contrôleur général sur un slot ISA ou VLB, ces cartes pouvaient accu eillir 4 unités disque et un lecteur de disquettes. De plus, ces contrôleurs disposaient de la connectique pour les ports séries et parallèles (intégrés aujourd'hui sur la carte mère).
A ce jour, il existe un nouveau format de connecteur appelé Sérial ATA donc le contrôleur est intégré sur les cartes mères de dernière génération ou monté sur un support PCI.

11) Connecteur lecteur de disquettes : c'est tout simplement ici que l'on branche le câble en nappe reliant la carte mére au lecteur de disquettes.

12) Connecteurs divers de liaison au boîtier : ces connecteurs sont des picôts soudés sur la carte mère permettant de relier à celle-ci les leds du boitiers, le haut-parleur, éventuellement une serrure à clef mécanique et les boutons de commandes. La description de ces picôts est le plus souvent sérigraphiée sur la carte ou disponible sur sa documentation. Il est à noter que les Leds sont des composants electroniques polarisés donc elles devront être montées en respectant leur polarité.

pico1.jpg (30300 octets)pico2.jpg (30431 octets)

pico.jpg (28469 octets)
Ensemble des picôts sur la carte mére .

La connectique embarquée : Depuis quelques années, contrairement aux anciens modèles de carte mère, la connectique est directement soudée sur le circuit. Pour les PC d'ancienne génération, nous avions recours à une connectique à picôts soudée sur la carte mère, c'est sur ceux-ci que l'on devait connecter la prise proprement dite comme pour le PS2 ou les ports COM et parallèles.
Sur certaines machines il fallait même avoir recours à une carte contrôleur.

connec.jpg (32487 octets)1) Connecteur (mini DIN) clavier PS2, on peut trouver des cartes mères anciennes équipées d'un connecteur DIN, suivant la connectique du clavier on peut utiliser des adaptateurs.

2) Connecteur (mini DIN) souris PS2 (la souris peut éventuellement se connecter sur un port COM à l'aide d'un adaptateur).

3) Prises USB (Universal Serial Bus), ici il y en a deux.

4) Connecteurs 9 broches mâles port série (ce connecteur peut exister en 25 broches mâles, mais on le rencontre plus actuellement).Ce type de connection est remplacé par l'USB offrant une plus grande vitesse de transfert de données. Périphériques : Modem, câble de liaison, etc

5) Connecteur 25 broches femelles port parallèle. Périphériques : Imprimante, Scanners, lecteur ZIP, disque externe, etc...Remplacé aussi le plus souvent par le port USB plus rapide.
Il est en principe livré avec le boîtier des masques permettant de loger ces différents connecteurs.

Techologie USB : C'est une norme E/S dont le point fort est de pouvoir connecter tout un ensemble de périphériques (Imprimantes, Scanners, souris, claviers, modems, appareils photo numeriques,etc...) sur le même type de connecteur.
Comme son nom l'indique le flux de données transite de façon sérielle à quatre conducteurs, pour la version 1.1 la vitesse de tranfert est de 1,5 Mo/s max. Ce type de liaison peut alimenter le périphérique sans que celui-ci ait sa propre alimentation, le nombre de ces périphériques connectés peut être de 127 (via un hub USB à alimentation externe). De plus il n'y a pas de configuration IRQ, la connection est HotPlug (branchement à chaud, sans redémarrage).
Depuis la venue sur le marché des disques durs externes, le taux de transfert étant devenu insuffisant, la norme UBB 2.0 a fait son apparition offrant un taux de transfert de 60 Mo/s, et bonne nouvelle, les périphériques USB 1 peuvent etre montés sur un port USB 2 et réciproquement mais dans ce cas le transfert se 'calera' sur la vitesse la plus basse.
Attention : il s'avére qu'une nouvelle appellation abusive , désigne l'USB 1.1 sous le terme USB2 full speed, il convient de ne pas se laisser avoir. Seule l'appellation USB 2 high speed désigne le véritable USB 2.0. On aura tout de suite compris la perplexité des consommateurs (méthodes marketing obligent).
Le logo du type de la norme peut éventuellement vérifier la version (à vérifier sur les boîtes) :
usb1.jpg (19510 octets)
Concerne l'USB 1.1 et USB2 Full Speed
usb2.jpg (2962 octets)
Concerne l'USB 2.0 (la véritable à 60Mo/s